Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


La retraite, une rupture pour rebondir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La retraite, une rupture pour rebondir

Message  Admin le Lun 29 Sep - 18:27

Nous aurions dû nous préparer à la retraite, certains ont cru le faire dans des stages, et pourtant rien ne vaudra le vécu de la réalité pour comprendre ce qui nous arrive.

La retraite est un arrêt du travail et une rupture avec ce monde du travail, celui des obligations, de l'efficience et de l'efficacité obligatoire, et aussi celui des moins de 60 ans.

Dans notre vie nous avons déjà vécu des ruptures : l'entrée à l'école par ex, puis celle du lycée, celle de la fac, même le mariage est en lui même une rupture puisqu'on «enterre» sa vie de jeune homme ou de jeune fille.
Dans ces arrêts d'un monde pour aller vers un autre, d'un statut pour aller vers un autre, nous laissons quelque chose de nous derrière nous, et nous allons dans l'inconnu, dans un changement souvent complexe qui nous permet de progresser.
Les épreuves font grandir dit-on !
Alors la retraite doit nous voir progresser, grandir, bonifier, et non pas seulement vieillir !

le temps disponible va devenir un allié qu'il s'agira de maîtriser raisonnablement.
A la retraite, j'aurai le temps de faire tout ce que je n'ai pas pu faire …. dit -on ;
Mais quelle sera mon envie ? Existera-t-elle encore sans le frein du temps de travail ?
Les grasses mâtinées ont un charme limité alors que se réveiller « naturellement » a un charme fou !
Les agendas professionnels encombrés qui nous géraient seront-ils remplacés par d'autres non moins pleins d'activités sportives ou ludiques de toutes sortes ? Ceci pour éviter de goûter le vide paisible de la disponibilité qu'on croit à tort angoissant.

Le mode de vie personnel change parce qu'on a le temps de s'occuper de soi tout en ayant beaucoup moins d'obligations : Celle de s'habiller correctement et rapidement pour aller travailler par ex ; Quelle libération ! Un jean et un pull et la journée passera sans qu'on se soit changé ! C'est dimanche tous les jours !
On soigne la façon de se nourrir, on se préoccupe de sa santé pour le futur, histoire d'éviter les maladies qui font mourir vite ! L'espoir fait vivre ! ; Le bio prend une importance qu'il n'avait pas ; On se mobilise pour sa défense, avec d'autres personnes ; Tiens, elles sont majoritairement retraitées ! ? Quelle coïncidence !
Les offres d'activités associatives pullulent ; là aussi il y a des retraités partout ! Bien sûr, ils ont du temps !
Aller partout est impossible et onéreux aussi ; Bien vite on réduit les inscriptions aux activités, le rythme de vie s'étant assagi, jusqu'à devenir lent ; Se préparer pour 10h devient une presque difficulté ! Là , on tient le bon bout ! La retraite c'est ça ! Prendre le temps qu'il faut, et il en faut de plus en plus !


Le choix sera possible à tous les étages, selon les moyens de chacun, bien sûr ! Y aller, ne pas y aller ; voyager ou pas ; s'occuper des petits enfants ou pas ; Rester habiter là ou déménager vers le soleil  ou la mer; C'est une période de la vie, comme celle de la jeunesse avant le mariage, où l'on a le choix de vivre ici ou là, sans contraintes autres que celles qu'on se donne. C'est peut-être pour cela que les divorces sont de plus en plus nombreux à cet âge ? Une envie de liberté retrouvée.

L'identité en prend un coup ! Vous devenez Mr ou Mme Untel, « retraité » ! On parle de vous comme d'un sexagénaire, ou septuagénaire, comme si vous apparteniez à un troupeau de « t'as mal où » , comme si tout votre passé professionnel, avec vos fiertés, vos gloires, vos échecs, avait été effacé dès votre entrée en retraite. Dame pipi, secrétaire ou médecin, même combat ! Pourtant toutes les identités professionnelles , quelles qu'elles soient, ont procuré fierté, plaisir, difficulté, souffrance à ceux qui les exerçaient .

Les amis et relations se distancieront, sans faire exprès, s'ils étaient liés au milieu du travail, car très vite le retraité est déconnecté de leurs anciennes règles de fonctionnement. Il a l'impression d'aller moins vite que les autres car en fait il a changé son rythme intérieur. Et c'est très bien, mais il est face à la rupture.
C'est une rupture plus violente que celles vécues précédemment qui se sont faites plus progressivement. Par ex, le temps où les enfants sont petits et où leurs parents sont « amis » avec les parents de leurs copains d'école. C'est un temps privilégié où les jeunes familles se sentent très entourées d'amis multiples qui se rendent service et s'amusent ensemble. Ces « amis » là ils les perdent quand l'enfant grandit et change lui-même de milieu.
A la retraite, on garde ses quelques vrais amis fidèles, et il n'est pas si facile de créer de nouvelles amitiés. En effet, les points communs et les complicités évidentes manquent. On rencontre des personnes multiples qui viennent de partout, tant géographiquement que socialement et professionnellement. Un brassage social auquel nous ne sommes pas habitués car notre milieu social et professionnel nous a habitué à l'inverse. Il faut voir cela comme une richesse qui peut nous fait progresser dans la tolérance et l'ouverture pour peu qu'on s'en donne la peine.

Les relations familiales prennent une grande place, parce qu'on se retrouve plus disponibles pour resserrer les liens et évoquer des souvenirs de jeunesse par ex avec les frères et sœurs et les cousins. Certains ont encore leurs parents en vie qui sont les témoins des années passées, des fratries déjà disparues, et des habitudes de vie ancestrales. Il nous paraît précieux de garder la mémoire de cette vie qu'on a vécue, ou qu'on nous a beaucoup racontée, et qui était plus difficile que la nôtre.
Nous avons conscience que ces aînés familiaux encore vivants, nous passent le témoin, et qu'à très brève échéance nous serons les plus âgés de la famille, donc les premiers à partir définitivement. On dit, à juste titre, qu'on devient mortel dès qu'on perd ses parents. Avant, ce sont eux qui le sont.
Vis à vis des enfants et petits enfants, qui seront ceux qui penseront encore à nous quand nous serons morts, nous voulons rester des référents, avec des qualités qu'ils retiennent.
Nous voulons aussi habiter notre rôle de grand-parent et témoigner ainsi que, au fil des temps, les générations se succèdent et s'entraident grâce à l'amour filial.

Le rôle de citoyen créatif et impliqué dans la vie de la cité peut apporter beaucoup de satisfactions : Se sentir utile à la communauté, se sentir libre de proposer, rester en conformité avec ses idées, ses valeurs et ses convictions, sentir ses neurones qui s'agitent sans contraintes, canaliser son énergie dans une direction nouvelle comme si c'était un nouveau départ. Alors, n'hésitez pas ! La cité et ses institutions ont besoin de toutes les compétences et les bonnes volontés !
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : LANDEDA 29

Voir le profil de l'utilisateur http://cocon3s.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum