COCON3S
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Février 2023
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728     

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      

Les messages ayant le plus de réactions du mois
Le Deal du moment : -62%
ABEIL – Lot de 2 Oreillers à ...
Voir le deal
14.54 €

Vieux indésirables, malades… mais objets de profits

Aller en bas

Vieux indésirables, malades… mais objets de profits Empty Vieux indésirables, malades… mais objets de profits

Message  Admin Mar 6 Déc - 17:54

[size=45]Seniors acteurs des territoires
Le blog or gris est l'expression de l'association Or Gris, seniors acteurs des territoires, association d’éducation populaire dont l'objectif est de promouvoir les initiatives et les politiques des seniors actifs volontaires, acteurs de la vie économique, sociale et culturelle pour un meilleur vivre ensemble sur les territoires. Il s'agit de recueillir et diffuser initiatives et informations sur le sujet, les partager en réseau, pour témoigner et accompagner les territoires.[/size]




[size=35]Vieux indésirables, malades… mais objets de profits


Publié le 6 décembre 2022 par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

[/size]
Les vieux, les vieilles sont à part.
Hier, on les disait parfois bruyants, indésirables, alcooliques, irrécupérables.
Aujourd’hui, ils peuvent devenir fragiles, malades, endormis, absents jusqu’à en perdre la tête. Ils peuvent, au passage, également devenir des objets rentables, sources d’affaires, de revenus et de bons profits
.
Hier, c’était l’ordre social qui régnait chez les vieux. Aujourd’hui, on serait tenté de dire que l’ordre médical s’est imposé en transformant la vieillesse en maladie. On ne parle plus que de médicalisation. Mais il y a aussi un ordre financier qui s’est glissé, régentant le monde privé des maisons de retraite devenues Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), en imposant ses taux de profits et ses marges de manœuvre. Une évolution déroutante. Mais avec toujours un même point fixe : le silence des premiers intéressés.
Revenons un instant en arrière, grâce au livre de l’historienne Mathilde Rossigneux-MéheustVieillesses irrégulières, sorti récemment aux éditions La Découverte. Comme le raconte Philippe Artières dans une critique sur le site En attendant Nadeau, nous sommes en août 2014, et tout s’ouvre : « Un château célèbre, une gigantesque et historique maison de retraite qui ferme, et en même temps des archives qui s’ouvrent. On y voit une épaisse liasse composée de petites fiches attrape le regard. On y lit : “Buveur impénitent”, “impulsif et violent”, “malade mentale”, “insulte au personnel”, “trublion de la pire espèce”, “à ne jamais reprendre”. Ces formules expéditives stigmatisent des centaines de pensionnaires étant partis, volontairement ou non, entre 1956 et 1980. »
« Mathilde Rossigneux-Méheust mène une passionnante enquête sur l’indiscipline dans les institutions pour personnes âgées », note Philippe Artières« Elle fait surgir les pratiques gestionnaires d’une institution en charge de personnes âgées. Le fichier de Villers-Cotterêts, ainsi décortiqué, permet d’entrer de plain-pied dans une histoire discordante de l’État social et de mettre en lumière la persistance de la disqualification des vieux pauvres. Qui sont ces femmes et ces hommes âgés qui ont suffisamment dérangé pour susciter un dispositif disciplinaire de papier spécifique pendant plus de vingt ans ? Quelle histoire nous livre l’administration de ces “indésirables” ? »
En lisant ce livre, nous nous sommes dit qu’aujourd’hui, il n’y a certes plus de fichiers des indésirables, mais il y a les dossiers médicaux, les classifications selon les degrés de dépendance, avec des échelles d’évaluations. Comme le GIR (groupe iso-ressources), qui correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée : le GIR 1 est le niveau de perte d’autonomie le plus fort, et le GIR 6 le plus faible. Il y a ces diagnostics qui valent disqualification, comme celui d’Alzheimer où celui qui est catalogué n’a plus droit à la parole. Le vieux, devenu malade, est enfermé dans un tiroir, dans une case.
Comment en est-on arrivé là ? Quel glissement s’est opéré ? Sans parler du bouleversement qui s’est produit, parallèlement, avec l’arrivée du privé dans les maisons de retraite, devenues des Ehpad. Là, c’est la loi du moindre coût qui bien souvent prévaut, comme l’a montré le livre Les Fossoyeurs. Qu’est-ce qui a conduit le monde des finances à investir si fort le monde de la vieillesse ?
De tout cela, nous débattrons le mercredi 7 décembre, 92 rue Notre Dame des Champs, avec donc Mathilde Rossigneux-Méheust, historienne, mais aussi le professeur Olivier Saint-Jean, gériatre, et Laurent Garcia, cadre infirmier qui a été un des lanceurs d’alerte dans l’affaire Orpea.
[size]
Éric Favereau, publié dans VIF, le 17 novembre 2022
publié par VIF (Vieux, Inégaux, Fous)
https://vif-fragiles.org/vieux-indesirables-malades-mais-objets-de-profits/
[/size]
Vieux indésirables, malades… mais objets de profits Image%2F1454700%2F20221206%2Fob_88f3b2_capture-decran-2022-11-16-a-12-07-01
[size]


Publié dans CultureLivre, [url=http://www.or-gris.org/tag/recherche, expertise/]Recherche, expertise[/url]
[/size]
Admin
Admin
Admin

Messages : 463
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : LANDEDA 29

https://cocon3s.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum