COCON3S
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Février 2023
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728     

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      

Les messages ayant le plus de réactions du mois
Le Deal du moment :
Figurines Funko POP! One Piece 2023 : où les ...
Voir le deal

Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé

Aller en bas

Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Empty Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé

Message  Admin Dim 4 Déc - 17:55

[size=36]Reportage — Quotidien[/size]
[size=62]Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé[/size]
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Arton26978-11309
[size=31]L’habitat participatif séduit de plus en plus de seniors. Être au contact de plus jeunes est un rempart contre l’isolement. Mais pour les personnes dépendantes, ces logements ont des limites.[/size]

Montpellier (Hérault), reportage
Attablées dans la salle commune, Nanou et Marie-France discutent tranquillement de la pluie — qui tombe dru ce jour-là — et du beau temps. Elles reviennent d’un déjeuner « entre seniors », qu’elles organisent chaque semaine avec les huit autres retraitées de leur immeuble. La résidence n’a pourtant rien d’une maison de retraite : le MasCobado est un habitat participatif et écolo [1], qui réunit, aux portes de Montpellier, vingt-trois familles, de 7 à… 83 ans. « C’est le meilleur endroit pour vieillir », sourit Marie-France, la doyenne.
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Rid22-9-2
Dans l’appartement de Marie-France, les pièces communes et le jardin sont des espaces de vie à part entière. :copyright:David Richard / Reporterre
[size]
Comme elle, de nombreuses têtes blanches plébiscitent l’habitat partagé : elles représentent entre les deux tiers des candidats pour intégrer ce type de logements. Alors que la population française ne cesse d’avancer en âge [2], à l’heure où la fin de vie reste un sujet tabou, l’habitat participatif pourrait-il constituer une alternative pour bien vieillir ? « Cette forme d’habitat est de plus en plus perçue comme une alternative à la maison de retraite ou à la solitude du maintien à domicile, constatent les acteurs du secteur dans un guide pratique dédié au sujet [3]Mais [il s’agit] aussi et surtout d’un moyen particulièrement efficace de s’ancrer et se maintenir dans la vie pour repousser l’âge de la dépendance, mieux la vivre, voire pour l’éviter complètement. »
[/size]
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Rid22-6-3
L’appartement de Marie-France donne sur des vignes. :copyright:David Richard / Reporterre

[size=36]« On a les avantages de la solitude dans un contexte solidaire »[/size]

[size]
« C’est sécurisant pour une femme âgée et seule de vivre auprès d’autres personnes, témoigne Marie-France. Et en même temps, comme on a chacune notre appartement, on n’est pas obligée de tout faire en collectif. On a les avantages de la solitude dans un contexte solidaire. » Les aînées du MasCobado peuvent ainsi compter sur leurs voisins pour les courses, le petit bricolage ou les problèmes informatiques. « Vivre entourée d’autres personnes qui peuvent nous aider m’a permis de m’autonomiser, de me sentir rassurée et donc de tester des choses, assure Nanou. Nous sommes un petit village, où nous pouvons nous porter assistance. »
« L’intergénérationnel [la cohabitation sous un même toit de plusieurs générations] apporte beaucoup de sécurité, poursuit-elle, même si ce n’est pas toujours facile. » Jeunes familles et retraités ne partagent pas toujours les mêmes rythmes, la même énergie. Vivre ensemble peut constituer un défi. Certains groupes de personnes âgées font ainsi le choix du monogénérationnel, pour « vieillir ensemble et vieillir moins bêtes » [4].
[/size]
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Rid22-27-3
Nanou est retraitée et vit au rez-de-chaussée. Elle a un petit jardin, un poulailler, dont tout le monde s’occupe à tour de rôle. :copyright:David Richard / Reporterre
[size]
Au-delà de l’entraide, « l’habitat participatif développe une vie sociale de proximité et évite l’isolement », d’après le guide pratique. Apéros hebdomadaires, ateliers d’entretien du jardin commun, assemblées des habitants… « Ça m’oblige à sortir de mon trou, plaisante Marie-France. Les voisins sont un peu devenus ma nouvelle famille. » Rester acteur ou actrice de son quotidien, faire partie d’une communauté, maintenir des relations amicales... « Ce choix de vie plus collectif pallie efficacement un certain nombre de facteurs (isolement, laisser-aller, dépression) dont on sait qu’ils peuvent provoquer un vieillissement prématuré, souligne ainsi le guide. Dans la grande majorité des cas, vivre en habitat participatif permet de prolonger la vie en bonne santé. »
[/size]

[size=36]Cela « ne constitue pas à lui seul une alternative à la maison de retraite »[/size]

[size]
Pour autant, l’habitat partagé « ne constitue pas à lui seul une alternative à la maison de retraite », précise Pierre Lévy, membre de Regain, qui a rédigé le guide. D’après les chiffres transmis par le réseau Habitat participatif France, il y aurait actuellement 367 résidences construites, auxquelles s’ajoutent les projets en travaux ou en phase d’étude. Soit quelque 9 700 logements. Pas de quoi accueillir tous les seniors de l’Hexagone.
[/size]
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Rid22-30
Le petit jardin de Nanou, dont tout le monde s’occupe. :copyright:David Richard / Reporterre
[size]
Autre obstacle, « si les Ehpad sont prévus pour les personnes en perte d’autonomie, ajoute M. Lévy, ce n’est généralement pas le cas des habitats participatifs ». Au MasCobado, malgré la présence d’une petite dizaine de plus de 60 ans, la question de la dépendance et de la fin de vie n’a été que très récemment abordée. « On a été confrontés à des maladies, à des accidents de la vie, des chutes, raconte Marie-France. On s’est alors demandé que pouvait le collectif… »
Des discussions balbutiantes, quelques petits gestes — installer un canapé près du jardin pour partager le café avec les personnes à mobilité réduite ; échanger les numéros des personnes à prévenir en cas d’incident — et une conviction, pour Nanou : « L’habitat participatif n’est pas fait pour se substituer au corps médical ou à la famille. En revanche, on peut apporter une attention accrue. Une prise en compte plutôt qu’une prise en charge. »
[/size]
[size=42]« J’espère rester ici le plus longtemps possible »[/size]
[size]
D’autres groupes ont poussé plus loin la réflexion. À Draguignan, les membres de Kairos ont réservé un espace pour permettre à celles et ceux en perte d’autonomie de continuer à vivre sur place. Logement adapté, présence de soignants et d’aidants professionnels. Le but : que l’on puisse vivre et mourir au sein du collectif. C’est ce qu’on appelle de l’habitat inclusif.
[/size]
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Rid22-33
Des jardins extérieurs. :copyright:David Richard / Reporterre
[size]
À l’inverse, à Chamarel, situé à Vaulx-en-Velin (Auvergne-Rhône-Alpes), les résidents se sont entendus pour que lorsque la dépendance s’installe, celles et ceux qui en sont affectés quittent leur logement pour trouver une assistance ailleurs, notamment en Ehpad. Accompagner une personne dont l’état de santé s’est fortement dégradé peut en effet se révéler énergivore et complexe pour un groupe, d’autant plus si ses membres sont eux-mêmes âgés.
« Il n’y a pas de solution unique, insiste Pierre Lévy, mais il est important que chaque groupe et chaque personne se pose la question “Jusqu’où veut-on aller ensemble”. » Pour Marie-France, la réponse est claire : « J’espère rester ici le plus longtemps possible », sourit-elle. Dans son appartement cosy de 60 m2, les livres, les beaux objets et les sculptures en bois flotté racontent une vie bien remplie et toujours riche. « Je ne pourrais pas être mieux ailleurs », conclut-elle.
[/size]


Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé Rid22-1-3



Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D
Ces retraitées qui ont choisi l’habitat partagé WAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw%3D%3D




1 / 16
Marie-France est retraitée, elle vit au second étage. Pour aller chez elle, il faut traverser des espaces communs avec des canapés, des jouets pour les enfants, des placards avec des draps pour chambres d’amis partagées.



[size]
… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. En 2021, plus de 27 000 de ces lectrices et lecteurs ont financé le journal par des dons. Ce soutien permet à Reporterre de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à de nombreux autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaires ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.
Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.
Tous nos articles sont en accès libre, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population, et agir. Tout le monde peut bénéficier d’un accès à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.
S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique, et assure notre avenir. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.
Soutenir Reporterre[/size]
Admin
Admin
Admin

Messages : 463
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : LANDEDA 29

https://cocon3s.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum